J6 – Machame Nkweshoo Cultural Tourism

Le massif du Kilimanjaro et la route de Machame

Quelques 10 kilomètres avant Moshi, un panneau de direction indique la célèbre « Machame Gate », l’une des portes d’entrées du parc national du Kilimanjaro et certainement la plus empruntée pour gravir le sommet. Une route de bitume part sur la gauche et longe une infinie rangée d’arbres qui cachent des plantations de fleurs à couper. A droite un espace plus dégagé avec des champs de céréales en premier plan, et au fond la forêt qui s’élance sur les pentes bleu vert du massif. Si le temps est clair, par chance, on est face au mastodonte tranquille, chapeau de neige ou pierre couleur peau de rhino, selon la saison. Mais la plupart du temps – pudique ou malicieux ? – il revêt son manteau de brouillard.

De Moshi ou des alentours, l’aspect du Kilimanjaro est variable. Plus l’on s’approche de sa base, moins il paraît élevé, alors qu’en prenant du recul, loin dans la steppe Maasai, ou en s’éloignant vers Arusha, il domine les plaines , monstre endormi, vieux sage bienveillant. Ne montre parfois que sa tonsure blanche, parfois que les plis du bas de sa robe, entre deux lèches de fumée. Qui ne l’aperçoit qu’une fois, dans un de ses mauvais jours, peut être déçu – le niveau de l’expectative – et qui le voit régulièrement sera toujours surpris des variations de son allure, ses couleurs et sa densité. Et le Mawenzi, tout en aiguilles et colère, qui tourné vers son grand frère, semble vouloir le suivre sans jamais le rattraper.

Du terrain où les militaires font leurs exercices

au centre ville

 

de la gare routière

des hauteurs de Moshi

de la route des sources d’eau chaude

La route goudronnée devant nous prend un virage sec à gauche, mais nous continuons tout droit sur le chemin de terre sur environ 3 kilomètres. Il devient de plus en plus étroit et cabossé, la côte plus raide, mais voilà enfin le panneau: Machame Nkweshoo Cultural Tourism. Le portail en fer s’ouvre, un groupe de femmes nous accueille en chantant et en agitant un bouquet de longues feuilles vertes.

 15 femmes autour de Mama Stella

Voici de loin mon projet de tourisme culturel préféré. Stella, dans la lignée de son père, bienfaiteur apprécié du village, décide en 2013 de suivre une formation dispensée par le ministère du tourisme. Celle-ci vise à pousser les villages à créer leur entreprise de tourisme culturel. De là naît Nkweshoo Machame Cultural Tourism, et une quinzaine de femmes  se rassemblent autour de Stella pour générer des revenus dans le village. Il faut d’abord valoriser le patrimoine naturel et historique : les chutes d’eau, les cavités dans lesquels se cachaient les ancêtres lors des invasions Maasai, qui venaient voler le bétail. Le brouillard était leur ami alors, et les Maasai, en terrain hostile, habitués des plaines, ne trouvaient pas les femmes cachées dans les grottes le long de la rivière.

Mama Stella

Valoriser leur histoire, et celle de leur activité économique: les 18 variétés de banane, les plantations de café, l’igname, les haricots, le maïs,  une agriculture qui aide à subsister mais ne permet plus de gagner correctement sa vie. Les bananiers appartiennent aux femmes chez les Chagga, mais il faut donner l’argent de la vente aux maris, et ceux ci ne sont pas toujours économes ou protecteurs, et la banane, on en fait de la bière aussi… les maris Chagga aiment bien ça, la bière de banane !

Valoriser leur habileté, fines cuisinières, torréfactrices, artisanes, en proposant un atelier fabrication de batik et teinture à la cire.

Le projet a pris forme, les visiteurs viennent à la ferme, grâce à un lodge, une ONG et Tumbili. On s’y sent comme un dimanche chez sa grand mère de la campagne. Et les revenus ont permis de compléter les salaires des instituteurs, d’envoyer 11 enfants à l’école primaire, de construire des aménagements pour les chambres d’hôte, d’aider le dispensaire et les aînés isolés qui ne touchent pas de retraite.

A l’école

Au tableau de la salle des profs

le potager bio de l’école

la chambre d’hôte

Quand nous rendons visite à Stella, c’est toujours le même rituel: le matin on boit le café en poudre, le « Africafé », mais l’après midi, comme pour savourer la différence, on ne repart pas sans un bon café local torréfié sur place. Entre temps arrive le repas composé de riz pilau, bananes en sauce ou frites, mchicha (sorte d’épinards), maharage (haricots rouge au lait de coco)… On parle beaucoup et longtemps, on prend des nouvelles. Stella nous raconte ses entrevues avec les jeunes filles et les femmes du village. Son objectif est de les sensibiliser et les éduquer. Ses sujets de prédilection sont la sexualité, les relations affectives, la maternité, le mariage, la contraception. Les jeunes filles sont incroyablement ignorantes à cause des tabous posés par la communauté et Stella souhaite leur éviter des situations aliénantes par manque d’information. Une loi a été promulguée l’année dernière comme quoi une fille enceinte n’est plus autorisée à reprendre des études, définitivement. Même après accouchement, même quand l’enfant sera scolarisé, jamais. La croisade de Stella: éviter la grossesse des filles scolarisées.

Une villageoise au champ

On passe au dispensaire, apporter les médicaments laissés généreusement par nos clients. Le gouvernement fournit la plupart des médicaments de base de type antibiotiques, anti inflammatoires, compresses, gants jetables etc, mais les prothèses sont très appréciées de même que… la pilule du lendemain qui fait son effet !

On rend visite à quelques aînés du village, toujours heureux d’avoir de la visite, on apporte du sucre, du savon, on papote rhumatismes et météo.

Mama Stella nous remercie de lui envoyer des visiteurs régulièrement.  Comme elle s’inquiète, on lui assure qu’on a de très bons retours.

« Mais mama, il n’y a pas que nous qui vous envoyons des gens tout de même? Il y a le lodge à Usa River, et puis cette ONG suédoise… »

– Oui, oui un peu, mais le nouvel évier à vaisselle, le réservoir d’eau, ça c’est que Tumbili, on sépare les budgets !

– Ah bon, nous on finance le confort de la ferme alors?

– Mais non ! le salaire des instituteurs, les scolarisations des enfants, les aides aux aînés, et en plus, les améliorations des installations ! Je veux dire vous, c’est plus que les autres !

Nous voilà rassurés 🙂

Une partie des mamas de Nkweshoo

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s